Incroyable. Notre relation est incroyable. Je suis pourtant une belle salope pour le coup. Je suis en couple, mais c'est avec toi que je veux être. Toutes ces choses qui se bousculent dans ma tête me font perdre pied, et tu es là pour me relever. Chacun de tes messages me fait sourire. Je me dis qu'enfin je serai pleinement heureuse? Qu'enfin tu seras sincère, pas comme tous les autres? Je ne sais pas trop. C'est à toi de me le dire. Mais nous ne savons pas de quoi est fait demain. Alors après tout, nous verrons bien. J'ai pour habitude de vivre au jour le jour, mais avec toi je n'y arrive pas. Mon coeur bat à mille à l'heure au moment où j'écris ce message, et je nous imagine déjà ensemble. Je me projete facilement dans le futur avec toi. C'est étrange, et agréable. 

Depuis mon ex, qui m'a fait énormément souffrir, énormément, tu es le seul à me faire cet effet. C'est fort, très fort, alors évidemment, comme je t'en ai parlé cette nuit, j'ai peur. Mais je te fais une aveugle confiance. Et j'espère que je ne serai pas déçue. C'est drôle car je lance déjà des plans sur la comète alors que je ne sais rien. J'emploie le mot "ensemble" alors que cela n'arrivera peut-être jamais. Mais l'espoir fait vivre il parait. Je ne sais pas si je fais bien de t'envoyer ce texte. Car je me met à nue, et c'est ce qui a détruit mon couple avant. "Tu es trop attachée" me disait-il. Et que tu me dises la même chose me ferait trop mal. Et oui, je suis une grande sensible. Les gens rêvent de nous voir ensemble, c'est assez marrant. Et puis, je me dis qu'ils n'ont peut-être pas tord. C'est vrai que nous ferions un beau couple. J'en suis convaincue. 
Je sais pas trop comment le quitter sans le faire souffrir. Je crois que cela sera impossible. Mais je le ferai, quoi qu'il arrive. Pour te prouver que je tiens réellement à toi. Déjà. Si vite. On ne contrôle pas ces choses-là. Et je me dévoile à toi. J'ai qu'une hate c'est de te voir. Car je sais que cela sera magique avec toi. Je sais que je serai heureuse dans tes bras. C'est prédit d'avance. J'y crois. Je sais pas si je dois y croire, mais j'y crois, dur comme fer. Je crois en toi. Et tu dois te dire que c'est précipité. Que je vais trop vite, et que j'en fais trop. Mais sincèrement, je m'en fiche. Je te dis juste ce que je pense. J'ai bu. Alors forcément, ça y va bon train. J'ai besoin de toi Romain là. Tu es le seul qui me fait ça. Tu as réussi à me sortir la tête de l'eau alors que j'allais vraiment mal. 
Cela sera parfait quand on se retrouvera. Parfait.