Rien ne va aujourd'hui. Absolument rien. Les faux plans s'enchainent, mon manager n'est pas venu, ma guitare je peux toujours attendre alors que c'est la seule chose qui me donnait le sourire là. Ce putain de photographe de merde qui a des centaines de photos de moi refuse de me les envoyer car "il n'a plus le temps de les retoucher" et toi. Toi qui m'a réellement fait mal là. 

Je suis énervée au plus haut point. Et j'ai juste envie d'enfoncer mon putain de poing dans le mur pour me soulager. Non je ne t'en veux pas J. Je ne t'en veux pas, car je ne peux pas t'en vouloir. Je tiens bien trop à toi pour cela. Tu me rends heureuse à ta manière. Tu me redonnes le sourire quand rien ne va. Je suis terriblement déçue, mais ce soir cela sera passé. T'en fais pas. Tu ne me perdras pour rien au monde, sois-en sur. J'aimerai tellement que oui tu prennes ta voiture et que tu me rejoigne. Que l'on aille en Ardèche, à côté de chez moi, que l'on s'assied au bord de la rivière, avec ma guitare, que l'on discute, que l'on rigole, que l'on se confie, que je te joue quelques musiques. J'aimerai tellement. Mais bon, c'est utopique là.

Je veux juste pas que tu aies peur de me perdre. Promets-moi de ne pas avoir peur. Promets-le moi. Je suis là et je resterai là. Je veux que ton bonheur d'accord? Que ton bonheur. Je serai éternellement à tes côtés. Pour voir ton sourire, pour entendre ta voix, pour t'avoir près de moi. Je serai plus rien sans toi désormais. Pourtant toi et moi c'est tellement récent. Comme quoi, tu vois, le temps ne signifie rien. Vraiment rien. 

Je t'aime. Je t'aime et j'ai besoin de toi. Alors pardonnes-moi. Pardonnes mes sautes d'humeurs. Pardonnes parfois ma méchanceté. Je ne le fais pas exprès, j'ai juste mal.