Il suffit pas de se dire que c'est juste une page pour la tourner, surtout quand c'est bien plus ! 
J'aimerai te parler mais il y a tellement de choses que j'aurais aimé te dire.
J'ai ce besoin de remettre les choses au clair pour ça tu me connais, mes nuits sont un calvaire, moi j'ai que ça pour me calmer.
Les somnifères j'ai essayé, sur moi? Aucun effet. Il est tout ce que je voulais pourtant je dois l'effacer.
Le fossé qui nous sépare ne cesse de s'élargir, mes yeux de rougir alors comment réagir ?
Souvent à l'origine de mes baisses de régimes, t'imagines que depuis tout ce temps tu est là, dans ma poitrine?
Tiens, t'entends le bruit que ça fait ? C'est au fer que mon cœur est marqué, je le lui ai offert.
Toi-même tu sais que pour nous, moi j'aurais tout fait, pour cet amour que j'ai dans le sang qui ne fait que m'étouffer,.
Toi-même tu sais que j'ai taffé, des mois durant pour qu'au final je puisse avoir mon trophée : toi, apportée par une fée.
Mais le mot "FIN" vient ponctuer cette belle histoire, de nous j'ai encore faim, je replonge, seule dans le noir !


Ils disent que je devrais te le dire, ils ont peut-être raison.
J'ai pris ma plume pour te dire ce que j'ai sur le cœur, ce que j'ai sur le cœur, je l'assume malgré la douleur.
Ma douleur nese consume pas depuis que t'es plus là, depuis que t'es plus là, je me dis que j'aurais dû te dire tout ça... Ecoute toi et moi, une longue histoire, des mois et des mois à se demander s'il fallait y croire.
Toutes ces messages par téléphone, notre habitude du soir, malgré le brouillard dans ton esprit, j'ai gardé espoir !
J'ai jamais regretté tout ce temps passé à négocier, ça m'a permis de réaliser combien je te voulais.
Combien de fois j'ai dû prouver qu'à deux, on y arriverait, ce confort dont je te parlais, j'ai fini par te le livrer. T'as vu, je disais vrai ! De la manière dont j'ai œuvré, les choses ne pouvaient qu'être carrées pour un havre de paix.
Affrontant les regards, essuyant les réflexions, je suis restée droite par respect, par convictions.
J'ai risqué gros, mon amour je le montrais trop, des attentions livrées par dizaines pour moi c'était beau.
Mais pas autant que ton sourire, il était là mon plaisir. Je l'ai perdu pour le pire, voilà ce qui me fait souffrir.
Amère est ma déception, comme une bouteille à la mer. Je me sens seule, sans toi, y'a plus de passion.
Parler de notre histoire au passé, j'avoue, j'ai du mal. Parfois j'essaye de me pincer mais le réveil est brutal,
alors pour me remonter le moral je repense aux choses qui font mal, ça me fait du bien tu sais, même si c'est paradoxal.
Tu vois aujourd'hui, moi tout ce que j'ai? Des souvenirs plein la tête, les regrets... tout ce que je hais !
Je pourrais bénéficier du soutien de cent personnes, mais sans le tien, je te jure que je me sens personne !
Je te voulais pour la vie, ce rêve tu me l'as enlevé mais pas l'envie de combattre, mon obsession au levé.
Par texto je me suis permis de t'envoyer un message, prétextant ton permis afin de dissiper l'orage.. Tu me connais la discipline, c'est pas trop mon fort, surtout s'il s'agit d'être proche de toi, je m'en fous si j'ai tort !
C'est vrai que j'ai mêlé pas mal de monde à notre histoire, je voulais surtout que eux sachent ce que toi tu refusais de voir.
Je me demande si aujourd'hui, je serais capable de redonner, ce que tu m'as pris ce fameux jour où tu m'as abandonné.
Chaque fois que je te voyais mes yeux brillaient qt quand le temps on le partageait, tous les deux on riait !
J'avoue... j'ai perdu goût à tout ! Face à mes peines et angoisses, t'étais mon seul atout. La tristesse m'a poussé à me renfermer sur moi-même.
Le coup, je tenais à peine... fallait que je te le dise : Je t'aime ! C'est pour ça qu'une fois de plus, j'étale l'encre sur ma toile car tu es mon étoile.
Mon état mental dévoile ces choses qui font mal, mes pensées s'emmêlent, sans toi, je me sens plus la même. Voici mon testament, rédigé tristement..
Que dieu me foudroie sur le champ si je triche ou si je mens. Tout ça pour te dire à ma manière que je t'oublierai jamais, t'es dans mon cœur et ce, pour un moment. Je me suis toujours demandé pourquoi tu voulais être avec moi. J'aurais juste aimé que tu me dises les choses ouvertement,
au lieu de me faire la guerre continuellement, en oubliant tous ces moments où ton cœur battait contre le mien.
Toi-même tu sais ce qu'on s'était dit, ce qu'on s'était promis et avec ça moi, je pensais qu'on s'était compris !
Toi-même tu sais que sans ça,on aurait pas ces soucis, toi là-bas, moi ici, hélas la vie est ainsi.
Aujourd'hui, je me dis que tout ça c'était peut-être nécessaire, pour te montrer à quel point j'étais sincère.